NOS CONTACTS EN MER

Un grand merci à notre ami Henri VAN HEFFEN pour ce reportage avec photos à l’appui, une doc exceptionnelle.

Et ici, un tout nouveau témoignage hommage aux opérateurs de St Lys radio du capitaine Eugène Colin du Cap Fagnet.

 

bati5
Les deux pétroliers BATILLUS/FNWJ et BELLAMYA/FNWL construits pour le compte de la Société Maritime Shell sous pavillon français aux Chantiers de l’Atlantique à Saint Nazaire sont entrés en service respectivement en 1976 et 1977.

Ces navires, chacun d’un port en lourd de 550.000 tonnes, mesuraient 414m de longueur, 63m de largeur, et leur tirant d’eau atteignait 29m à pleine charge.
Ils pesaient à vide approximativement 80.000 tonnes d’acier.

batillus14
Batillus01  Batillus05
Concurremment avec deux autres unités de même capacité construites pour Elf, ils figuraient au palmarès des 4 plus grands navires du monde à l’époque.

batillus02Leurs machines d’une puissance totale de 65000 Ch (2x 32500 Ch), intégralement doublées, offraient une sécurité jamais égalée sur les mers : deux chaudières, deux groupes turbo-réducteurs, deux hélices en bronze de 55 tonnes et de 8.80m de diamètre, deux gouvernails, deux installations électriques. Tous ces équipements étaient totalement indépendants les uns des autres et utilisables simultanément ou permutables à volonté en cas d’avarie.

Par exemple, il était parfaitement possible d’alimenter les turbines de la ligne d’arbre bâbord par la chaudière tribord, et de n’avoir qu’un seul des deux gouvernails opérationnel à un moment donné, et d’être en mesure de manœuvrer en toute sécurité, avec une vitesse de 14 nœuds. A comparer avec les 17 nœuds de leur vitesse maximale à pleine puissance et à pleine charge (18.7 nœuds à vide).

{On notera qu’en 2015, des porte-conteneurs ultra-modernes de dimensions très voisines quoique légèrement inférieures ne possèdent qu’un seul moteur et une seule hélice… Quid en cas d’avarie majeure sur un ou plusieurs éléments d’importance capitale..?}

Batillus06

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA  KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Les machines entièrement automatisées étaient conduites depuis un imposant PC situé au niveau de la passerelle de commandement, en arrière de celle-ci. Sauf intervention pour maintenance ou réparation, les mécaniciens n’avaient plus à être enfermés dans un « bocal » à l’intérieur du compartiment machine, mais profitaient depuis leur PC de la lumière extérieure et du confort de la climatisation comme tout un chacun à bord!

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Ces navires étaient trop grands pour transiter via le Canal de Suez, ils devaient par conséquent contourner le continent africain pour rallier l’Europe depuis le Golfe Arabo-Persique; durée d’un aller-retour environ deux mois.

La propulsion par vapeur surchauffée a été progressivement abandonnée au profit de moteurs Diesel de puissances analogues, beaucoup moins gourmands en fuel. L’augmentation vertigineuse du prix des soutes a hélas sonné le glas de ces « turbinards » pourtant si souples à exploiter et à entretenir. Mais avec des consommations quotidiennes de 360 tonnes de fuel, il serait impossible d’exploiter aujourd’hui de tels « gouffres » en matière d’énergie..!

LANIS1  dolab_nigeria

Concernant la radio, les contacts pluri-quotidiens avec Saint Lys Radio tout au long du voyage étaient effectués par ondes courtes tant en télégraphie Morse ou en Radiotélex qu’en Radiotéléphonie. Ces contacts étaient assurés par un unique Officier Radio, parfois assisté d’un jeune élève.

oursbati1  oursbat1

Les communications par satellites étaient balbutiantes ou inexistantes à l’époque et de toutes manières extrêmement onéreuses. Seul le BELLAMYA a été doté un temps d’un terminal de communications par Satellites expérimental.

Sur ces navires, outre l’équipement de sécurité radioélectrique exigé sur tous navires par les règlements internationaux, l’Officier Radio disposait de deux ensembles de communications par ondes courtes NERA MS19/M490 (de fabrication norvégienne) de 400W de puissance, et de deux ensembles radiotélex PHILIPS STB75 et téléimprimeurs SAGEM SPE5, tous ces appareils étant à l’instar des machines, également permutables et associables à volonté.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA  KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
riton_oliva  ritmiralda001

Les antennes étaient des « filaires » d’environ 35m en câble de cuivre 7 brins de 16/10e chacun, tenues en place entre chateau et mâtereaux par des drisses en acier inox et des isolateurs « tibia » en pyrex. Les drisses en cordage et les isolateurs en plastique devant évidemment être proscrits, car immédiatement détruits en cas d’incendie!

Pour ce qui est des aménagements intérieurs, BATILLUS et BELLAMYA étaient dotés comme les autres navires de cabines spacieuses et confortables.

batillus20  batillus23  Batillus-onboard-04

Qu’il s’agisse des officiers ou des matelots, chacun disposait d’une cabine individuelle et d’un cabinet de toilette privé. Les officiers disposaient en plus d’un bureau, partie intégrante de leurs cabines. Chaque cabine, officier comme équipage, comportait un petit réfrigérateur personnel, et une climatisation efficace et silencieuse permettait à tous d’affronter sans appréhension les chaleurs intenses du golfe Arabo-Persique en plein été.

batillus19Les repas étaient pris dans deux salles à manger meublées à l’identique pour les officiers comme pour l’équipage. Un bar commun reliait les deux salles à manger et leurs fumoirs respectifs, bar où se prenait le traditionnel « pot » le dimanche midi.

Une salle de cinéma 16mm et plus tard des installations vidéo dans les fumoirs permettaient au personnel de se divertir autant que possible. Une bibliothèque abondamment fournie d’ouvrages variés et de revues était à disposition de chacun, tout comme une salle de sports, une buanderie, une piscine extérieure de 10x6m, un « terrain » de boules extérieur sur la plage arrière et même un salon de coiffure doté de tout le matériel nécessaire!

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
batillus_pont  batillus26 copier

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA  GLACE1  GLACE3

Hélas, les différentes crises pétrolières ont fait que ces magnifiques navires sont arrivés au pire moment sur le marché de l’affrètement. Ils n’ont pratiquement pas été exploités plus de deux années, et après deux ou trois années « sous cocon » dans un fjord de Norvège, ils ont été conduits flambant neufs à la démolition en Corée en 1983…
Perte sèche pour le Groupe Shell International, 130 millions de dollars!

Henri VAN HEFFEN, ancien officier Radio Société Maritime Shell.

 

 




Association CALME |
vivre a saint julien de Qui... |
Laillejeunesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Projetsolidariteaunepal
| BERDA ONGD
| Festival Palestine 2015